Service des collections mortes

  • Dernière modification le 14 avril 2014 - 01h58

Le service des collections mortes est l'une des structures du département de la conservation du végétal. Il est divisé en deux parties (banque de semences et salle d'herbier)

La banque de semences

La chambre froide

La banque de semences dispose de deux types de chambre froide destinée à la conservation des graines, afin de garder leur faculté germinative élevée et les protéger contre tout agent externe et/ou interne du milieu.

  • Chambre froide +4°C : destinée à la conservation à court terme, réservée pour les semences ayants un taux d'humidité supérieur à 24% (graines récalcitrantes) ;
  • Chambre froide -20°C : destinée à la conservation à long terme, réservée pour les semences ayants un taux d'humidité inférieur à 24% (graines orthodoxes).

La Carpothèque

C'est une exposition d'une collection des fruits secs ou charnus. Ils sont étiquetés de manière à faire ressortir la famille et le nom botanique.

Seminothèque

C'est une exposition d’une collection des graines, on les classe par famille avec le nom botanique de chaque espèce.

Index seminum

C'est un catalogue constitué d'une liste de graines, conservées au niveau de la banque de semences, classées par famille. Il assure les échanges entre les différents jardins botaniques du monde ainsi que nos parcs nationaux.

Salle d'herbier

Un herbier est une collection de plantes séchées et pressées entre des feuilles de papier présentant les différentes parties de la plante : feuille, fleur, fruit, tige et racine. (Variable selon l'espèce)

L'herbier du Jardin Botanique du Hamma est un outil indispensable à la connaissance du patrimoine végétal que nous œuvrons à protéger. Il comprend plus de 1000 spécimens dont le plus ancien date de 1845.

Etapes de la création d’un herbier :

  1. Echantillonnage : des sorties d’herborisation sont organisées au niveau de plusieurs régions, notamment dans le jardin afin de prospecter la flore méditerranéenne tout en prélevant des échantillons à déterminer ;
  2. Identification des échantillons : la reconnaissance des échantillons prélevés s’effectue, en général, en utilisant une clef de détermination de la flore méditerranéenne (Quezel et Santa, Ozunda…etc.) ;
  3. Séchage : les spécimens sont disposés entre des pages de journaux puis aplatis uniformément à l'aide d'un objet lourd (presse à papiers). Les échantillons doivent être bien étalés ;
  4. Mise en herbier : lorsque les spécimens sont bien secs, nous les fixons sur des feuilles blanches de préférence à l’aide d’une colle ou d’un ruban adhésif ;
  5. Une étiquette est mise en bas et à droite de la feuille, portant le nom latin, la famille, le nom commun, la date et le lieu de récolte ;
  6. Archivage : les spécimens sont classés par famille dans des armoires. Chaque armoire présente un lieu de récolte.